Mauritanie : L’armée mauritanienne arrête un groupe de trafiquants de drogue au Nord du pays :|: Cheikh Tourad Ould Abdel Malick : 1er Ambassadeur de Paix mauritanien :|: L’Ong Santé Globale Mauritanie organise une journée de collecte du sang au profit du CNTS :|: Le Président mauritanien annonce un référendum sur la révision de la Constitution :|: Pourquoi notre sulfureux putschiste voulait supprimer hystériquement le Sénat ?! :|: Bilan de sextennat, crise du sénat et présidentielles en vue :|: 30 sénateurs contre 20 rejettent les amendements constitutionnels (Officiel) :|: Urgent : le Président démissionnerait si les sénateurs rejetteraient les amendements constitutionnels :|: Saâd-Eddine El Othmani désigné par le roi chef du gouvernement :|: Le porte parole du gouvernement rassure : « il n ya pas de riz d’origine plastique dans nos marchés » :|:
Actualités
Economie
Enquêtes & reportages
Interviews
Faits divers
Opinions
Annuaire des sites
الحصاد نت

Les plus lus

 
 
 
 

Accueil > Opinions > Pourquoi notre sulfureux putschiste voulait supprimer hystériquement le (...)

Pourquoi notre sulfureux putschiste voulait supprimer hystériquement le Sénat ?!

dimanche 19 mars 2017 : 13h12

« Il faut que le pouvoir arrête le pouvoir », criait au 18eme siècle Montesquieu. Le grand théoricien des Checks & Balances n’avait pas tort. Au contraire, ses principes élaborés sur la séparation des pouvoirs sont plus que jamais d’actualité partout à travers le monde.
Constitutionnellement, la Chambre haute du Parlement en Mauritanie ne peut pas être dissoute par qui que ce soit, même le Président de la République. Ce qui n’est pas le cas pour la Chambre basse, l’Assemblée nationale. Voilà un garde-fou inestimable dans notre jeune République. En outre, c’est le président du sénat qui remplace le chef de l’Etat en cas de vacance ou empêchement.

Manipuler l’Histoire

Mais avant d’attaquer le Sénat hystériquement et demander sa suppression, avant de demander immoralement la suppression de la Haute Cour de Justice (celle qui juge le Chef de l’Etat), ne fallait-il pas que Aziz ait d’abord respecté la Constitution, la loi et son serment sur le Coran, en acceptant durant les années passées le renouvellement des tiers du Sénat au lieu de bloquer obstinément ce processus constitutionnel ?!
Ne fallait-il pas qu’il respectât, conformément à la loi sur la transparence financière, l’autorité de l’Etat en déclarant aux mauritanien(ne)s ses biens et ses avoirs, suite à la fin de son premier mandat en 2014 ?
SVP, arrêtez d’écouter ces faux slogans et prétextes : on va « valoriser les symboles de la résistance nationale » via des amendements (anticonstitutionnels). Via une lecture non objective qui instrumentalise l’Histoire et favorise le chauvinisme aveugle et haineux. Ces amendements (sur le drapeau, l’hymne, le sénat, la Haute Cour de justice….) ne bénéficient d’aucun consensus national crédible et patriotique. Ils ne visent en réalité que la préparation fourbe et néfaste d’un troisième mandat illégal.

Halte au totalitarisme !
Ils promettent aussi la création de quelques conseils régionalistes, tribalistes, foyers du népotisme. On a marre de leur culte du chef ! Un chef qui n’a rien fait d’important concernant les vrais défis du citoyen ordinaire : l’éducation, la santé, la bonne gouvernance, l’égalité devant la loi, l’unité nationale, le chômage des masses, la sécurité urbaine, le trafic des drogues…etc.
Que cette course vers l’abîme autoritaire et totalitaire arrive aujourd’hui à son terminus grâce au vote salutaire effectué hier soir par nos sénateurs si braves et courageux. Un vote qui surprend joyeusement et qui rejette en bloc cette mascarade anticonstitutionnelle, malgré les chantages et les menaces. C’est un 17 mars inoubliable…pour la République et ses futurs enfants !

Mohamed-Abdellahi ABBE Journaliste indépendant basé à Lille

mediapart.fr

Accueil   |   Favorit   |   Qui sommes nous?    |   Nous contacter